Le soufre : l'acteur oublié

La rançon du progrès est trop souvent le rejet dans l'oubli d'éléments qui nous sont souvent indispensables et la médecine n'échappe pas à la règle.

 

Depuis l'avénement de l'hormonothérapie et de l'usage, souvent inconsidéré de la cortisone, le soufre a quasiment disparu des étagères des pharmacies et des prescriptions médicales.

 

Dans l'inconscient collectif, cet élément est même considéré comme nocif et toxique...

 

Une première remarque s'impose: toutes les molécules les plus stables et les plus importantes du corps utilisent le soufre comme matière premiere (les ponts disulfure n'en sont qu'un exemple) et si on connait l'importance de l'eau, il ne faut pas oublier que celle-ci ne peut se maintenir dans les tissus et entre les organes sans le soufre.

 

Le soufre va permettre à l'albumine de compacter son volume d'eau et on retrouve le soufre comme constituant des protéinesPrincipal non métal du corps, le soufre a la particularité "d'activer" les métaux alcalins au premier rang desquels on trouve le calcium.

 

L'influence du soufre se fait donc sentir sur le PH osseux et sur les articulations puisque le soufre est l'élément le plus important pour le cartilage.

 

Pas étonnant dès lors de le retrouver dans l'acide hyaluronique, la chondroïtine et la glucosamine. Le soufre a également un rôle dans le système digestif puisqu'il sert à la fabrication des principaux antioxydants du corps et à la solubilisation des toxines ( taurine et bile, glutathion...).

 

Toujours au niveau du système digestif, souvenons nous que l'insuline est une hormone soufrée et que la gestion du sucre et les problèmes de diabète passent par le soufre.

 

Si la peau est dépendante du soufre, agent de la kératine et de la mélanine, le sang n'est pas en reste puisqu'il contient plus de soufre que de fer.

On remarque aussi l'action du soufre dans la respiration, au niveau du mucus des poumons, mais aussi au niveau cellulaire dans les phénomènes d'oxydoréduction.

 

La nature nous a doté de cet élément que l'on retrouve dans toutes les eaux thermales pour apporter un soutien à de nombreux métabolismes.

Découvrez au travers de notre vidéo les bienfaits du soufre de massage.

 

Nous y reviendrons dans une prochaine lettre d'information.

À bientôt 

Écrire commentaire

Commentaires: 6
  • #1

    Joelle THOUMERE (samedi, 19 octobre 2013 14:38)

    Bonjour,
    Je suis heureuse de lire cela sur le soufre. J'ai une polypose nasale depuis l'âge de 16 ans, j'en ai 52 et je me suis rendu compte récemment que les sulfites, les sulfates, soufre et ses dérivés étaient la cause de mes soucis de santé. Effectivement, lorsque j'ai fait les vendanges, de raison bio pour faire du jus, ma respiration sifflante et le nez bouché. Cela a été dû au soufre mis sur les vignes. Et je lis tous les bienfaits du soufre, alors je me demande quoi faire avec mon intolérance au soufre ? auriez vous des idées, des informations qui m'aideraient à rétablir un équilibre avec ça? Je vous remercie de votre attention. Cordialement, Joëlle

  • #2

    Philippe Mathelet (lundi, 21 octobre 2013 12:16)

    bonjour,
    si les dérivés du soufre peuvent poser problème, je peux vous affirmer que des polypes nez sinus s'enlèvent par le soufre.Toutes les eaux thermales qui traitent ce type de problèmes sont soufrées...
    En tant que tel (élément soufre), on ne peut pas être intolérant au soufre.
    Vous pourriez essayer le massage avec le galet de soufre et l'huile de haarlem liquide(avec un coton tige directement dans les narines)

  • #3

    PELLIZZONI (mardi, 17 décembre 2013 18:39)

    bonjour,
    Massage avec le galet de soufre à l'extérieur, plus huile de haarlem sur un coton tige à l'intérieur des narines, est ce bien ça ? Ou bien frotter le coton tige imbibé d'huile, le frotter sur le galet de soufre et se masser l'intérieur des narines avec ?

  • #4

    Philippe Mathelet (mardi, 17 décembre 2013 23:15)

    On n'utilise aucun produit sur le galet de soufre, celui-ci doit être frotté à sec sur la peau, donc sur le nez et le front pour soulager les sinus.
    On peut imbiber un coton tige d'huile de Haarlem liquide et se badigeonner les narines ( à l'intérieur)

  • #5

    David (mercredi, 22 janvier 2014 11:47)

    Pour répondre à Joelle, j'ai eu la même chose et il m'a été diagnostiqué une polypose déformante de jeunesse, qui apparait effectivement à la puberté et dont il est très difficile de ce débarrasser. Après moulte traitements et entre autre un au souffre à Challes les Eaux après une ablation des polypes n'a pas fonctionné mais à agraver la situation du fait de ma pathologie, non connu à cette époque. Les année on permis à la médecine de faire évoluer les techniques et après le bon diagnostique j'ai subis une ethmoïdectomie par le Pr Christian DUBREUIL à lyon. Opération certes flipante mais depuis plus de 18 ans maintenant j'en suis débarrassé, et je peux de nouveau utiliser le souffre sans aucune gène pour d'autres traitements.

  • #6

    Joelle THOUMERE (mercredi, 22 janvier 2014 15:11)

    Merci à vous pour me donner ces informations si importantes. Si je comprends bien, pas d'intolérance au soufre normalement. J'ai eu effectivement la recommandation de prendre de l'huile de Haarlem en gouttes, mais sur un coton tige, c'est moins risqué si j'avais une intolérance. J'ai effectivement eu cette polypose nasale à la puberté et après moultes et moultes lavages de sinus, ablations des polypes 3 fois en 20 ans, acupuncture, soins énergétiques etc... rien n'y fait. Quelqu'un m'a parlé de chirurgie au laser. Merci David pour l'information de l'ethmoïdectomie, je vais quand même essayer encore d'autres moyens et voir si le soufre ne m'aiderait pas avec l'huile de Haarlem et le galet de soufre. Merci encore à vous. Joëlle